Depuis le 1er juillet, une nouvelle galerie photo s’est installée pas loin de Fleux (mon magasin de déco préféré), rue Sainte-Croix de la Bretonnerie à Paris dans le quartier du Marais. Cet été, mon copain m’avait fait découvrir cette galerie et cette œuvre de Gérard Rancinan « Le Radeau des Illusions ». Il y a parfois, des tableaux ou des photographies qui vous laissent sans voix. Ce fut le cas devant cette sublime photo.

Le Radeau des Illusions

Le radeau des Illusions, Gérard Rancinan (125x85cm, Tirage argentique sur dibond, signée au dos, titrée et justifiée, datée 2009 n°: —16M)

The Liberty Unveiled

The Liberty Unveiled, Gérard Rancinan

Vous pouvez encore aller voir l’Exhibition « Metamorphoses, Conversations & Natures Mortes »de Gérard Rancinan au Palais de Tokyo. Cette exposition initialement programmée du 17 au 29 novembre est prolongée au 6 décembre (jusqu’à dimanche !).

L’exposition :

 » C’est en témoins éveillés de notre époque, de notre société et de ses grands bouleversements que le photographe RANCINAN et l’auteur Caroline Gaudriault allient images et écrit et réalisent une fresque composite au cœur de l’épopée humaine. Pour cette série des « Métamorphoses » , constats des mutations qui secouent l’histoire contemporaine, RANCINAN s’est référé à huit chefs d’œuvres de l’art pictural. A travers le Caravage, Bosch, De Vinci, Velasquez, Géricault, Delacroix… il établit avec éclat et maestria un lien avec l’histoire de l’art portant sur les grands enjeux humains et donnant un regard engagé, forcément subjectif et puissamment symbolique sur l’évolution de l’homme.

Les textes ciselés et sensibles de Caroline Gaudriault, loin de tout manichéisme, stigmatisent les questionnements qui traversent toute la planète à l’heure de la mondialisation accélérée : les mouvements migratoires, l’émancipation des populations opprimées, les libertés et droits fondamentaux, la « malbouffe », la génétique et la course contre le vieillissement…  »

Les Fées

Les Fées, Gérard Rancinan (Théâtre du Châtelet)

Pour la petite histoire :

 » Gérard Rancinan est un photojournaliste né le 18 février 1953 dans le Sud Ouest de la France, à Talence en Gironde. Il entre comme apprenti au laboratoire du service photographique du journal Sud-Ouest à Bordeaux. Après trois ans de chambre noire et dès l’âge de 18 ans, il devient le plus jeune photojournaliste de France et couvre l’actualité locale bordelaise. A l’âge de 21 ans il est « envoyé » à l’agence locale du journal à Pau, «… j’ai débuté, dans ce métier, trop gâté, coincé entre deux Prix Albert Londres: Jean Claude Guillebault et Pierre Veilletet. Notre patron, Henri Amouroux, m’a tout de suite encouragé à baisser la tête et à foncer.». En même temps qu’il couvre toutes sortes de reportages pour l’édition locale du journal, Gérard profite de ses moments libres pour réaliser ses premiers «Grands Reportages» : Koweit, Portugal….

Remarqué par la toute jeune agence Sygma, il choisit en 1973 d’être distribué par cette dernière. Alors après cinq ans, il rejoint le staff des photographes de Sygma à Paris. Il y couvre l’actualité du monde entier : séismes en Algérie, événements en Pologne, guerre au Liban, émeutes en Angleterre, mais aussi les sports : Jeux olympiques, Coupes du Monde de football, Championnats du monde d’athlétisme, des tournages de films : Ran d’ Akira Kurosawa, 37°2 le matin de Jean-Jacques Beineix, le Dernier Empereur de Bernardo Bertolucci, il assure aussi les reportages people des stars du show business, de la mode et du cinéma.

Il devient rapidement un des photographes vedette de l’agence; ses reportages sont publiés dans les plus prestigieux magazines du monde. Il remporte plusieurs prestigieux prix internationaux dont, entre autres, 4 fois le premier prix du World Press, 1 fois le second et 1 fois le troisième, ainsi que le prix Européen du photographe de plateau. Puis il décide de ne plus se présenter à aucun concours et refuse toutes les distinctions qui lui sont décernées. Du reportage d’actualité pur et dur, il se met à composer ses reportages toujours en harmonie avec les évènements mondiaux et s’implique de plus en plus dans les histoires qu’il raconte. Il quitte Sygma en 1986 pour créer sa propre agence, mais le rapide succès de celle-ci et les voies par trop commerciales dans laquelle elle s’engouffre lui font très vite peur. Depuis il parcourt la planète, passant d’un reportage à un autre, produisant de véritables sagas toujours en accord avec l’actualité planétaire.

Aujourd’hui Gérard Rancinan est reconnu comme un des plus importants photographes du monde.  »

Contact :

Galerie Brugier-Rigail
48, rue Sainte-Croix de la Bretonnerie, 75004 Paris
Tél : +33 (0) 1 42 77 09 00

La galerie est ouverte du mardi au samedi de 11h à 19h30 et sur rendez-vous.
Métro : Hôtel de Ville – Saint Paul

http://www.artpartnergalerie.com/rancinan_gerard.htm

Palais de Tokyo
Mezzanine du Palais de Tokyo,
13 avenue du Président Wilson, 75008 Paris
Exposition ouverte du mardi au dimanche de midi à minuit.
Plein tarif: 10 €

http://www.palaisdetokyo.com/fo3/low/programme/index.php?page=../partenaires/actu_mezz.php

Gérard Rancinan

http://www.rancinan.com

Rendez-vous sur Hellocoton !